peinture_video.doc

… Quand la peinture devient vidéo…

Pierre-Louis Humbert


Certains sont nés des yeux au bout des doigts. Pas de ceux qui voient mais de ceux qui regardent, des yeux photoscopiques qui transcendent le sujet.

Pour distinguer la même chose, peut-être nous suffirait-il de regarder,

nous aussi, mais peut-être n’avons nous pas le même réseau analytique.

Pas d’empreintes digitales au bout des doigts.


D’abord la forme. Dans ses vidéos, Caspar lui dénie sa structure propre, pour mieux se l’approprier.

Pourtant ses œuvres partent de réalités bien simples, naturelles : l’eau d’une mare, les plumes d’un ange, des silhouettes de cyclistes un jour sans voiture,

à Bruxelles. Mais il diffracte, étire et déforme ces sujets, jusqu’à leur imprimer une temporalité autre.

Tout en leur gardant néanmoins leurs identités. Tout est reconnu dans l’image, évident. Mais sous une forme inédite auparavant : les contours détournés semblent encore plus réels, les mouvements ralentis à l’extrême, autant que la technique le permet, parlent de l’action mieux que l’action elle- même…


Caspar modifie avant tout le temps. C’est en fait de lui dont on perd les repères, pour se promener entre deux visions : la vraie et l’inventée. La foule de cyclistes frôle le bitume, fantômes énigmatiques, entremêlés, surex, se croisant dans la rue ou coupant le champ, ballet subtil, à la fois fluide et désordonné.

Et l’on a beau ne voir ni yeux ni têtes, ni visages ni regards, ils sont présents, informels imaginaires. Nous y sommes, rues avenues, bicyclettes et flaques, mirages de chaussée. Et nous sommes ailleurs, dans l’art profond de la vie distendue.


Loin du clip hystérique et saturé, hors nombrilisme des vidéastes branchés, Caspar, qui est avant tout artiste peintre, passe sa vie du bout des doigts,

à capturer le réel, en donner sa vision.


Pierre-Louis Humbert,

Bruxelles, janvier 2008

( cf. “Presentime” Video)

<<<

>>>